Le défi noir et blanc
21891
post-template-default,single,single-post,postid-21891,single-format-standard,theme-stockholm,stockholm-core-1.0.9,woocommerce-no-js,select-theme-ver-5.3,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Le défi noir et blanc

L’amateur de photographie qui visite Facebook une fois de temps en temps a probablement vu passer, et peut-être aussi participé, au fameux Défi noir et blanc. Le principe était simple : publier une photo noir et blanc par jour sur son mur pendant cinq jours de suite et inviter cinq amis photographes à faire de même.

Pour ma part, l’invitation est venue de Jean-François Landry, collaborateur de longue date à Photo Solution. Ma première réaction a été « Ah non, pas encore une autre patente! ». Puis je me suis dit que ça ne serait pas vraiment sympa d’ignorer ce défi amical. Cependant, contraintes de temps obligent, pas question d’aller sur le terrain et créer de nouvelles photos pour la cause. J’irai fouiller dans mes archives et trouverai bien quelques images qui se prêteront à un petit traitement monochrome.

Je n’ai jamais vraiment été un champion du classement. Alors quand je parle de mes « archives », je devrais plutôt dire « le disque dur où je vide mes cartes mémoire dans une foule de dossiers nommés selon la date à laquelle j’ai vidé ma carte ». Bref, c’est un vrai capharnaüm! Oui, les images que j’ai utilisées pour tel ou tel projet sont un peu mieux classées ailleurs, mais mes fichiers bruts se retrouvent tous sur ce disque.

Celui-ci est d’ailleurs tellement gros que je ne prends même pas la peine de jeter les images ratées. C’est le festival des photos hors foyer, mal exposées ou d’une composition douteuse. Par contre, chaque fois que je plonge dans ces rebus, je déniche quelques perles qui avaient échappé à mon attention la première fois ou qui n’étaient pas aussi médiocres que je l’avais cru à l’époque et qui pourraient s’épanouir grâce à un petit « massage ».

C’est le festival des photos hors foyer, mal exposées ou d’une composition douteuse.

C’est ainsi que je suis tombé sur cette image du Grand Prix Cycliste de Québec. Le tour passait juste à côté de nos bureaux et j’en avais profité à l’époque pour améliorer ma maîtrise du « panning ». Ceux qui ont également flirté avec cette technique savent bien qu’on doit prendre plusieurs images pour en espérer une bonne. Celle-ci est un bel exemple de ce qu’on peut obtenir comme résultat. Elle est dynamique, on sent bien la vitesse et la zone de netteté est, par un heureux hasard, exactement là où elle devrait être. Pourtant, elle dormait, oubliée sur le disque depuis des années.

Je ne me souviens plus très bien des détails, mais elle n’avait probablement pas fait partie de ma sélection finale à cause des couleurs éclatées du maillot du cycliste, mais voilà qu’en noir et blanc elle prend une toute autre allure.

Morale de cette histoire. Nos archives contiennent peut-être des petits trésors oubliés. Il suffit d’un regard neuf, d’un contexte différent ou simplement d’un peu de recul pour constater que nos images ne sont peut-être pas aussi moches qu’on croyait. Ami(e)s photographes, profitez du prochain dimanche de pluie pour creuser dans vos archives. Avec un peu de chance, elles sont mieux classées que les miennes. Oh, et si vous y dénichez une perle, partagez-la!

Pas de commentaires

Laisser un commentaire