Des cicatrices qui racontent notre histoire
21878
post-template-default,single,single-post,postid-21878,single-format-standard,theme-stockholm,stockholm-core-1.0.9,woocommerce-no-js,select-theme-ver-5.2.1,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Des cicatrices qui racontent notre histoire

Si vous vous approchez pour regarder ma paupière droite, vous y verrez une cicatrice causée lorsque je suis tombé d’une balançoire alors que j’avais trois ans. Ma palette ébréchée? Elle a rencontré une brique lorsque j’avais 11 ans. Les deux grosses marques que j’ai dans la main droite? La première a été creusée par un barbelé après une course effrénée pour échapper à un extraterrestre. L’autre, je ne vous le dirai pas, mais chacun de ses centimètres en a valu la peine.

C’est probablement la même chose pour vous. Vos cicatrices parsèment votre corps comme autant de traces de moments marquants dans votre vie. Elles font partie de qui vous êtes, et chacune d’elle raconte une histoire.

Mon équipement photo a subi à peu près les mêmes contrecoups. Mon sac à dos est taché et les pattes de mon trépied dépeinturées. Mon bien-aimé appareil photo, quant à lui, est recouvert d’égratignures et l’anneau en caoutchouc est disparu du viseur.

Si j’avais conservé ces accessoires et mon appareil dans des étuis bien rembourrés, toute cette quincaillerie serait en parfaite condition. Mais ce n’est pas le but, n’est-ce pas? Appareils photo et accessoires ne sont que des outils. Lorsque nous les utilisons, nous devons accepter la part de risque due à leur exposition au danger; et en échange nous avons l’occasion de faire ce qui nous plaît.

C’est probablement la même chose pour vous. Vos cicatrices parsèment votre corps comme autant de traces de moments marquants dans votre vie. Elles font partie de qui vous êtes, et chacune d’elle raconte une histoire.

Ceci peut parfois causer des « blessures ». Il y a quelques étés, j’ai trimballé mon boîtier sur la plage sans aucune protection contre l’eau. La deuxième journée, je suis allé patauger dans la mer pour photographier mes garçons. L’appareil s’est fait légèrement éclaboussé, mais pas plus qu’à d’autres occasions. Cette fois par contre, il n’a pas du tout aimé et a rendu l’âme.

J’ai d’abord été déçu de ne pas pouvoir l’utiliser pour reste du voyage. Heureusement j’avais apporté mon appareil de secours, un petit compact à focale fixe qui m’a bien dépanné. Au final, j’ai été très content des résultats, et j’ai même développé ma créativité en étant contraint de photographier différemment. De retour à la maison, j’ai envoyé mon boîtier chez le manufacturier qui l’a remis sur pied et j’ai tout de même obtenu des images mémorables de ce voyage familial. Pour moi, c’est une fin heureuse.

Comme mon père disait à propos des voitures, c’est la première « poque » qui fait le plus mal. Après, la pression de la perfection disparaît, et vous pouvez vraiment commencer à vous amuser avec votre équipement!

Étiquettes:
Pas de commentaires

Laisser un commentaire